Recherche > Les journées recherche du laboratoire NIMEC


Les journées ébroiciennes de recherche du NIMEC


Depuis 2012, une Journée annuelle de recherche, organisée chaque hiver par le NIMEC, vise à questionner la manière de diffuser la recherche auprès des étudiants de premier cycle universitaire.

Charles-Edouard Houllier-Guibert, maître de conférences en Stratégie et Territoire, mobilise les chercheurs du NIMEC, mais aussi d'autres laboratoires, ainsi que des professionnels de l’Eure ou de la Seine-Maritime, pour une session de vulgarisation scientifique qui laisse la part belle aux échanges dans la salle, dont les étudiants de niveau L sont les principaux interlocuteurs.

La matinée est un séminaire fermé pendant lequel les chercheurs discutent du thème annuel, en invitant un spécialiste qui présente les travaux les plus avancés sur la question. L’après-midi, plusieurs intervenants, professionnels du domaine et universitaires, présentent des cas, des ouvrages, des recherches sur le thème qui est souvent nouveau pour les étudiants.

Les thèmes abordés sont les suivants :

Février 2020


L’année 2012 n’a pas présenté de thème spécifique mais s’est intéressée aux sciences de gestion au sens large, grâce à l'éventail des disciplines. Lors des années suivantes, le secteur professionnel se mêle aux questionnements de la recherche.

En 2013, en écho aux travaux du spécialiste belge Alain Decrop (université de Namur), l’office de tourisme d’Evreux et le musée des Impressionnismes de Giverny, contribuent aux échanges sur le tourisme comme objet de recherche.

En 2014, pour illustrer les définitions du chercheur Jean-Baptiste Le Corf (université Paris 8), le site culturel du Moulin d’Andé et le festival du Rock Dans Tous ses Etats d’Evreux, sont des exemples de créativité sur le territoire du département de l’Eure.

En 2015, le livre de la chercheuse Caroline Cintas (université de Rouen) sur la violence au travail peut être conjugué avec les travaux de l’ARACT et d’une professionnelle en ostéopathie pour traiter des questions sur le thème du bien-être au travail.

En 2016, la spécialiste en marketing public Corinne Rochette (université de Clermont-Ferrand) dialogue avec la mise en marque de l’agence de développement économique de Rouen ainsi que l’association régionale qui présente la Gourmandie.

En 2017, la recherche en sciences sociales diffusée dans la pédagogie de l'IUT est interrogée lors de l'invitation des chercheurs du DUT Carrières sociales qui nous parlent de méthodes de travail basée sur une approche ludique. Cette année là, les chercheurs sont en séminaire la journée entière.

En 2018, pour appréhender le Sport dans sa dimension managériale, Marie-Josèphe Sostènes-Leroux (université de Rouen) traite de nouvelles approches marketing (crowdfounding et naming), la valeur tant médiatique que financière des footballeurs est questionnée et un directeur de service public restitue son expérience pour saisir l'appui de la finance publique locale pour le développement sportif dans les petites communes de l'Eure.

En 2019, les Réseaux sociaux numériques sont le thème traité par plusieurs intervenants, notamment auprès des étudiants de la licence professionnelle MDM de l'IUT. Le chercheur Camille Alloing (université de Poitiers) énonce les enjeux des RSN, dialoguant avec le chercheur Bastien Louessard et son récent livre sur Youtube, ou encore le vice-Président de la communauté d'agglomération d'Evreux qui se préoccupe des usages du numérique de la population ebroicienne.

En 2020, l'ouverture d'une licence professionnelle sur les questions de Valorisation, amène à choisir ce thème. C'est l'occasion de discuter avec la chercheuse Gaëlle Pantin-Sohier (université d'Angers) du pouvoir du packaging pour valoriser des produits de consommation alimentaires. Le Comité Régional de Tourisme de Normandie présente sa stratégie de valorisation et les étudiants eux-mêmes viennent questionner le vecteur du Cinéma pour mettre en valeur une région comme la Normandie.

C’est en tout plus d’une quarantaine d’intervenants qui ont cherché à vulgariser leur recherche tout en conservant un échange de rang scientifique, ou bien  à vulgariser  leur mission professionnelle au regard de ce que font les chercheurs. En plus de la recherche en sciences de gestion, d’autres disciplines comme la sociologie, la géographie, les sciences de l’information et de la communication sont ponctuellement représentées.